Médiation

La médiation est un mode alternatif de règlement des différends où les parties tentent de trouver, par elles-mêmes, la solution à une situation conflictuelle et ce, encadré par un tiers, le médiateur. 


Cette technique instaurée par la loi du 8 février 1995 peut être envisagée dans le cadre civil, commercial, social ou familial...

Elle peut être volontaire lorsque les parties ont recours à un médiateur professionnel, sans l’intervention ou judiciaire quand elle est ordonnée par un juge au cours d’une procédure.

Elle permet de restaurer une communication durable et de qualité entre les parties et sa pratique montre que la médiation permet de régler un très grand nombre de conflits, qui s’avèrent in fine moins coûteux et moins longs que lors d’un procès.

La médiation est aussi une technique rapide, qui s’avère également efficace puisque 80 % des litiges traités aboutissent à un accord.

Elle peut donc constituer une solution moins onéreuse qu’une procédure judiciaire et plus efficace in fine.

L’avocat se doit donc de proposer cet « outil » comme solution possible au règlement du litige de son client.

A travers cette démarche, l’avocat s’honore de se consacrer d’abord à la recherche des intérêts de son client et il joue un rôle essentiel dans la réussite d’une médiation est essentiel.

Cette notion doit se distinguer de la conciliation qui s’apparente davantage à un processus de négociation.

La conciliation s’est développée avec l’introduction dans les contrats de clauses de conciliation préalable à toute saisine du juge.

Contrairement à la médiation, elle ne suppose pas nécessairement l’intervention d’un tiers. Mais lorsqu’il en est désigné un, le conciliateur a une faculté de proposition que n’a pas le médiateur.

Autre différence, mais non des moindres, le conciliateur est toujours bénévole.

A noter que les magistrats ne s’y sont pas trompés quant à l’opportunité de la médiation comme mode de résolution des litiges : Pour s’en convaincre il suffit de lire les décisions des Juges aux Affaires Familiales qui invitent de plus en plus fréquemment les parties à la rencontre d’un médiateur préalablement à l’audience de plaidoiries, ou aux audiences de la chambre sociale de la Cour d’Appel de Paris qui débutent quasi-systématiquement par le rappel de la présence d’un médiateur dans la salle et l’opportunité qu’il peut constituer.

Contactez-moi

Consultez également :

c